Madou Zerbo Layidou

by New Healing Sounds

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

      10 CHF  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Kamelen ngoni and Donzon ngoni

    Kamelen n’goni and Donzon n’goni are pentatonics instruments, Kora’s cousin. They are a kind of traditional harpe-luth with 6, 8 or 12 strings, built from a big calabash 3/4 cut and empty. These instruments are 1m50 high. A wood neck crosses the calabash and maintains nylon strings (2 parallel lines as the kora). Strings are fixed with woods machine head (traditional) or metal machine head (modern). The calabash is covered with an animal skin (goat or veal). A 10 cm hole is made on the inside of the calabash to enable the sound coming out.
    The kamelen ngoni and the Donzon ngoni look like very similar but have different functions in Africa traditions. Each one has its own musical genre as well as rhythms, repertoires and occasions to play.
    Kamelen ngoni is an instrument created around the 70th and used to play uninitiated music outside the traditional framework. It’s usually played by young people (girls, boys & women) for occasions such as weddings, baptisms, anniversary, etc. It is smaller, tuned a fourth higher then the traditional n’goni and has eight, ten or twelve strings.

    The Donzon N’Goni is a key instrument of the griot culture and the hunter’s world; it is the emblem of this brotherhood. Used for ceremonial purposes, as hunting techniques, occult power, weapons, fetishism and traditional medicine, it is, often, accompanied by singing and karagnan, a serrated metal tube that is scraped with a metal stick. Used for hunting ceremony, it’s one of the Wassoulou treasures in Mali.It has six strings and a deep sound.
    Tuning : The pentatonic scale used most frequently for hunting’s music is quite unusual : tonic, Maj sec. Forth, fifth, and Maj seventh. Kamele ngoni plays often with other instruments as pentatonic balafon (minor pentatonic) and it will be tuned as the balafon.

    Le Kamele n’goni et le Donzon n’goni
    Le Kamelen n’goni et le Donzon n’goni sont des instruments pentatoniques, cousins de la Kora. Sortes de harpes-luths traditionnelles à 6, 8 ou 12 cordes fabriquées à partir d'une grosse calebasse qui sert de caisse de résonance, coupée au 3/4 et évidée. L’instrument mesure environ 1m50. Un manche de bois, traverse la calebasse et soutient les cordes en nylon tendues à l’aide d’un chevalet (deux rangées parallèles comme pour la Cora). Les cordes sont fixées à l’aide de mécaniques en bois (méthode traditionnelle) ou en métal (méthode moderne). La calebasse est ensuite recouverte d'une peau d'animal (le plus souvent de chèvre, mais parfois de veau) après avoir été percée d'un trou. Ce trou d’un diamètre d’une dizaine de centimètre laisse sortir le son sur le côté.
    Le Kamelen n’goni et le Donzon N’Goni sont 2 instruments qui se ressemble beaucoup mais qui ont des fonctions différentes dans la tradition et donnent 2 genres musicaux qui diffèrent complètement tant du point de vue des rythmes, du répertoire que des occasions de jeu.
    le Kamele N’goni est utilisé pour jouer de la musique profane destinée aux jeunes (garçons et filles) et aux femmes, pour des occasions tel que les mariages, baptêmes, anniversaires, l’instrument est né dans les années 60.
    Le Donzon N’goni(ou harpe des chasseurs) est beaucoup plus ancien, plus gros et est accordé une quarte en dessous du Kamelen n’goni. Il est souvent accompagné par un chant et une cloche en métal (karagnan) grattées par un clou. Il est utilisé pour jouer de la musique consacrée à la chasse et se caractérise par sa spécialisation dans l'évocation de ses faits: techniques de chasse, pouvoirs occultes du chasseur et du gibier, armes et fétiches, jeux musicaux entre chasseurs, louanges, mais également évocation de la médecine traditionnelle. C’est l'un des trésors de la région du Wassoulo au Mali. C’est un instrument de musique clé de la culture des Griots et du monde des chasseurs, confrérie dont cet instrument est l’emblème.
    Accordage : La gamme pentatonique utilisée le plus souvent pour la musique des chasseurs est assez particulière: tonique, seconde majeure, quarte, quinte, et septième majeure. Le Kamele n’Goni joue souvent avec d’autres instruments tel que le balafon pentatonique (le plus souvent une pentatonique mineure) il s’accordera alors comme le balafon.

    Includes unlimited streaming of Madou Zerbo Layidou via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ... more
    ships out within 5 days

      12 CHF or more 

     

1.
Layidou 05:29
Layidou Ama lolo welé ban Tougan lolo kodi Ayé Madou Welé A Mamaroula dourou kouye Ne Sirilà oun dania dounyoua nà Ayé lolo welelà Marc yé layidou mogo doyé Ayé (A) dolphe welelà Bata yé layidou djama doyé Ayé bata welé là Ne ma lolo kan mè Saya te mogo tô lonko là Dounouya na a a a a a Yaé lolo wélé la layidou mogo bana dounouya na ------------------------------------------------- Layidou bàna layidou djama bàna Layidou bààààààààààà na Heeeee layidou Nébé Duònlo welé do (mogo doyé Ne be djon welé) Madou ka layidou kan Ayé bana bana (A)Dolphe yé layidou mogo doyé Ayé (A)dolphe welé do Bata yé layidou mogo doyé Ayé bata welé oun yé Madou yé layidou mogo doyé Ayé Madou welé do Suisse layidou tigui do yé Ayé Marc welé oun yé --------------------------------------- Ayé déni Welé lò Ayé Madou welé la Djourou folalou Djourou kan yé Oun n’goni fagnogo, Tiguè fo oun yé oun barokègnogo Tiguè fo oun yé, oun tilékègnogo tiguè fo oun yé moussodecoulou Mogo y yé dounouya baro yééééééééééééééééééé ------------------------------------------- A ma lolo welé làààààààààààààà à yyyy Tougan lolo kan bolà A yé na yan Soungourou lou dja bani arabalò là Kanbeléya dja be bân bombossi bo là ma Soungourou ya dja be bân tièlassigui là Madou lolo nana lolo nana folikan yé Allah Ama djina welé là Tougan djina lou yofa oun ma Como djina lou yofa oun ma Ama Madou welé là Ne ma madou nyongoyé
2.
Dibi 03:54
Dibi Wolo bâ dibi magni, Wolo fâ dibi magni Quand quelqu'un meure, déjà, on le voit plus, dans toute notre vie Wolo bâ dibi magni, Wolo bâ dibi magni, (oun) barokè gnogo walé voyage ci là bâ dibi Wolo fâ dibi magni, Wolo n’dé dibi magni banadjougou ma né mina olé be i dogoyala Wolo bâ dibi magni, Ah dibi magni, I ma lô dibi le y mogo bila gnanafi tjama là Wolo fâ dibi magni, Dogoni saya magni, korotjé saya le’ye dounounya ma nogo la Aaaaaaaaaaaaaaaaaa A ma l’o dounouya baro lé yé Madou An-An Wolé yé saya magni wolé yé, ni bila là gnanafin tjama na Saya oui djounouya djounouya saya magniiiiiiiiiiiiiiiiiiii Wolo fâ dibi magni, Korotjié saya magni, ni yé miri gnadji kê la kolidji yé Wolo bâ dibi magni, Fouroumousso saya magni ne yi mirilà ne yi mirilà tjama Wolo fâ dibi magni, Teritje dibi magni, ne yé mirilà oun balima loù Wolo bâ dibi magni, Folou ké gnama lou Ayé ou là barou lamin, Madou na fôli kan bolà Dibi ouina, dibi là na wii Kouma barawili, diagna mana na N’goni fô ma na wili balafon manana djouroufô mana yala djourou oun neyi kan djarabi wali ni gnay a mo walini Tolon té sobé sàlà Tolon té sobé sàlà, balima loù, ne signi ni yé tolo ni yélé là Tolon té sobé sàlà Tolon té sobé sàlà, wolo ba beré lou ni bana lô dolà nibè be ban Tolon té sobé sàlà Tolon té sobé sàlà, mama wé ko ne wila là baro kè kouma le là dounouya là Tolon té sobé sàlà Tolon té sobé sàlà, Ah papa wé ko ne wila baroké kouma lo là Ah Mama ayé la yé touloni yelawokè Ah Mama ayé la yé touloni yelawokè Koro ayé la yé touloni yelawokè Ah Wolodenlou ayé la yé touloni yelawokè Ah Papa ayé la yé touloni yelawokè
3.
4.
Yiriba 03:48
5.
6.
Kangkenlento 03:52
7.
8.
Diagnako 04:24
9.
Ségé 03:43
10.
Niamalaya 04:57
11.
Pétérempé 02:26
12.
Nitifobéyè 03:22

about

Madou Zerbo : Voix, Kamélén n’goni
Adolphe Kinda : Percussions, balafon & arrangements
Pascal Sanou : Percussions,
Adama Koné: Balafon.
Cédric Asséo : Flûte peul.
Marc Liebeskind : Basse, guitares, sit guitare, calebasse,
& arrangements

The djeli (blood) is the "nyama-kala", the one without totem and taboo, he is a very particular social entity.
Beloved because he is close to the power, people are afraid of him.
The djeli is far for the common run of people, by his words, and also by his instrument, support (base) of his message.
Initiated from his childhood by his family members, the djely belongs early to the griot’s secret society. He chooses then his instrument, and have to tame it in order this instrument become his (loyal/faithful,close) (companion/partner/mate)

Kamelen ngoni and Donzon ngoni
Kamelen n’goni and Donzon n’goni are pentatonics instruments, Kora’s cousin. They are a kind of traditional harpe-luth with 6, 8 or 12 strings, built from a big calabash 3/4 cut and empty. These instruments are 1m50 high. A wood neck crosses the calabash and maintains nylon strings (2 parallel lines as the kora). Strings are fixed with woods machine head (traditional) or metal machine head (modern). The calabash is covered with an animal skin (goat or veal). A 10 cm hole is made on the inside of the calabash to enable the sound coming out.
The kamelen ngoni and the Donzon ngoni look like very similar but have different functions in Africa traditions. Each one has its own musical genre as well as rhythms, repertoires and occasions to play.
Kamelen ngoni is an instrument created around the 70th and used to play uninitiated music outside the traditional framework. It is usually played by young people (girls and boys) and women for occasions such as weddings, baptisms, anniversary, etc. It is smaller, tuned a fourth higher then the traditional ngoni and has eight, ten or twelve strings.

Le djeli (sang) est par extrapolation le "nyama-kala", celui qui n'a pas de totem ni d'interdit, il est un corps social tout particulier.
Adulé parce que proche du pouvoir, il est craint.
Le djeli se démarque du commun des mortels par la parole et aussi par son instrument, support de son message (tam-tam, n'goni, kora, flûte, tambour...).
Initié dès son plus jeune âge par les membres de sa famille, le Djeli appartient très tôt à la société secrète des griots. Il choisit alors son instrument, et doit l'apprivoiser, le dompter afin qu'il devienne son plus fidèle compagnon, l'inséparable.

(Le djeli qui détient la parole, est aussi un musicien…
C’est le cas de Madou Zerbo appelé Madou « Goni » tant son n’goni est une extension de lui même)

The Donzon N’Goni is a key instrument of the griot culture and the hunter’s world; it is the emblem of this brotherhood. Used for ceremonial purposes, as hunting techniques, occult power, weapons, fetishism and traditional medicine, it is, often, accompanied by singing and karagnan, a serrated metal tube that is scraped with a metal stick. Used for hunting ceremony, it’s one of the Wassoulou treasures in Mali.It has six strings and a deep sound.
Tuning : The pentatonic scale used most frequently for hunting’s music is quite unusual : tonic, Maj sec. Forth, fifth, and Maj seventh. Kamele ngoni plays often with other instruments as pentatonic balafon (minor pentatonic) and it will be tuned as the balafon.

Le Kamele n’goni et le Donzon n’goni
Le Kamelen n’goni et le Donzon n’goni sont des instruments pentatoniques, cousins de la Kora. Sortes de harpes-luths traditionnelles à 6, 8 ou 12 cordes fabriquées à partir d'une grosse calebasse qui sert de caisse de résonance, coupée au 3/4 et évidée. L’instrument mesure environ 1m50. Un manche de bois, traverse la calebasse et soutient les cordes en nylon tendues à l’aide d’un chevalet (deux rangées parallèles comme pour la Cora). Les cordes sont fixées à l’aide de mécaniques en bois (méthode traditionnelle) ou en métal (méthode moderne). La calebasse est ensuite recouverte d'une peau d'animal (le plus souvent de chèvre, mais parfois de veau) après avoir été percée d'un trou. Ce trou d’un diamètre d’une dizaine de centimètre laisse sortir le son sur le côté.
Le Kamelen n’goni et le Donzon N’Goni sont 2 instruments qui se ressemble beaucoup mais qui ont des fonctions différentes dans la tradition et donnent 2 genres musicaux qui diffèrent complètement tant du point de vue des rythmes, du répertoire que des occasions de jeu.
le Kamele N’goni est utilisé pour jouer de la musique profane destinée aux jeunes (garçons et filles) et aux femmes, pour des occasions tel que les mariages, baptêmes, anniversaires, l’instrument est né dans les années 60.
Le Donzon N’goni(ou harpe des chasseurs) est beaucoup plus ancien, plus gros et est accordé une quarte en dessous du Kamelen n’goni. Il est souvent accompagné par un chant et une cloche en métal (karagnan) grattées par un clou. Il est utilisé pour jouer de la musique consacrée à la chasse et se caractérise par sa spécialisation dans l'évocation de ses faits: techniques de chasse, pouvoirs occultes du chasseur et du gibier, armes et fétiches, jeux musicaux entre chasseurs, louanges, mais également évocation de la médecine traditionnelle. C’est l'un des trésors de la région du Wassoulo au Mali. C’est un instrument de musique clé de la culture des Griots et du monde des chasseurs, confrérie dont cet instrument est l’emblème.
Accordage : La gamme pentatonique utilisée le plus souvent pour la musique des chasseurs est assez particulière: tonique, seconde majeure, quarte, quinte, et septième majeure. Le Kamele n’Goni joue souvent avec d’autres instruments tel que le balafon pentatonique (le plus souvent une pentatonique mineure) il s’accordera alors comme le balafon.

credits

released April 9, 2009

Artlink :

Les plus beaux moments du CD de Madou Zerbo vous le prouvent: la musique interculturelle peut être à la fois organique, ludique et même insolite. «Layidou», le morceau-phare, réunit Adolphe Kinda au balafon et Marc Liebeskind à la guitare électrique pour un dialogue musical des plus intimes. Les mélodies sont interprétées avec de petites haltes et des accélérations subtiles, tissant ainsi une étoffe musicale aux décalages constants et délicats. Au cœur de cet album, Madou Zerbo, musicien et chanteur né au Burkina Faso en 1970 et issu d’une famille de chanteurs griots. Très jeune, il maîtrisa la kamélé n’goni, une harpe-luth semblable à la célèbre kora, et qui est associée à la caste des chasseurs. Depuis 1997, Madou Zerbo vit à Genève et explore son répertoire en compagnie de musiciens de la région et du Burkina Faso. Sur «Layidou», il expérimente avec diverses constellations musicales: tantôt il se tient tout près du microphone pour chanter et réciter des textes dans le style griot, tantôt il joue de son instrument complexe en solo, tournant les phrasés musicaux dans différentes directions; enfin, il chante sur des phrasés de blues et les sons indiens de la sit-guitar.

license

all rights reserved

tags

about

New Healing Sounds Geneva, Switzerland

New Healing Sounds is a label created in 2009 by Marc Liebeskind to release the music he plays as a musician & as a producer & sound engineer.
All the recording were made by the "Nomad Hip Studio" in different places in the planet. Some recording were made in India, either in Africa or in Europe.



Banner photo © Melitta Tchaicovsky
... more

contact / help

Contact New Healing Sounds

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like New Healing Sounds, you may also like: